mercredi 8 février 2017

/ Christoph Erb & Frantz Loriot/ Matthias Muche & Nicola L. Hein/ Sarah Gail Brand – Morgan Guberman/ Andrea Centazzo & Evan Parker/ Evan Parker & Seymour Wright


Sceneries Christoph Erb & Frantz Loriot Creative Sources CS 356 CD

Avec Sceneries, le label Creative Sources poursuit sa vitale documentation des musiques improvisées radicales mettant en valeur des artistes excellents, originaux, voire rares. Très belle collaboration entre un saxophoniste chercheur et un violoniste alto intense (ou l’inverse). S’inscrivant dans les territoires mis au jour par Evan Parker et ses brillants émules (Urs Leimgruber, Michel Doneda, John Butcher, Georg Wissel, Stefan Keune, Martin Küchen, Ariel Shibolet, sans oublier les Guionnet, Denzler et cie…), lui aussi saxophoniste ténor et soprano comme Evan et son compatriote Urs, le suisse Christoph Erb travaille sans relâche harmoniques, respiration circulaire, bruissements de la colonne d’air, prises de bec, techniques alternatives et mérite amplement qu’on l’écoute attentivement. C’est un souffleur original dans un domaine surchargé de talents et de démarches individuelles intéressantes. Ce qui rend ces Sceneries vraiment passionnantes se fait sentir dans la qualité du dialogue,  la profondeur de la recherche et à travers les équilibres que lui et son comparse altiste, Frantz Loriot, réussissent à atteindre. La fureur, la rage et le complet détachement du duo dans Annoyed hibernation et son prolongement avec Tincture, nous ramènent à l’esprit et l’urgence qui animaient Evan Parker jeune et le Doneda atteignant la maturité. Le dernier morceau montre qu’il continue à chercher de nouvelles sonorités et de nouvelles idées en les combinant avec succès. Frantz Loriot fait partie de cette jeune génération radicale qui a défini l’usage de l’alto (violon « plus grave ») et la mise en avant des spécificités sonores de cet instrument : après la flamboyante Charlotte Hug, suivent Benedict Taylor et Frantz Loriot et il y en a d’autres. Frantz fait exploser le timbre, étire les sons, tord la tessiture, sature les frottements d’harmoniques irréelles. Dans les mains d’un expert tel que F.L., le violon alto est devenu un instrument idéal pour faire éclater les sons à l’égal du saxophone poussant/ inspirant le saxophoniste à explorer de plus belle. Donc je vote sans hésitation pour ces deux improvisateurs, autant pour chacun d’eux séparément que pour l’entité vraiment remarquable qu’ils forment dans cet enregistrement en duo. Il faut suivre Christoph Erb et Frantz Loriot car ils nous persuadent déjà qu’ils iront encore plus loin en atteignant sans doute la plénitude de leurs aînés cités plus haut et de l’ombre desquels ils parviennent à s’imposer. Superbe album  à mettre dans la série des albums en duo à recommander !!
(PS, j’ai un album de Frantz Loriot chez FMR que je vais aller réécouter d’ici peu.)

Transferration Muche Hein 7000 Eichen Nach Joseph Beuys Jazzwerkstatt 174

Enregistrement dynamite entre un tromboniste puissant faisant plus qu’évoquer les Hannes Bauer, Albert Mangelsdorff disparus et les outrances du Gunther Christmann de l’ère FMP  et un guitariste noise tout aussi outrancier que virulent, Transferration ouvre avec un brûlot pétaradant (Stahlwille). Dès le deuxième morceau, Matthias Muche, étoile montante du trombone free, étire les sons et gargouille des borborygmes, faisant sursauter les timbres avec une sonorité grasse à souhait et un usage immodéré d’une singulière sourdine. La guitare destroy de Nicola L. Hein sature, stridente comme un moteur au bord de l’éclatement (Zwitschern), surmultipliant effets et décibels. Dick Vermummt nous fait découvrir une alternance de subtils effets de souffle et de multiphoniques contrarié par l’ostinato noise de la six-cordes martyre et laquelle se transmue dans un dialogue fascinant, le guitariste percutant comme un dératé et le tromboniste écartelant la colonne d’air en soufflant de plus belle. Ces trois premiers morceaux proviennent d’une séance studio. C’est à la Kunstlerhaus de Saarbrücken qu’ils poussent le bouchon encore plus loin dans les échanges expressionnistes – catégorie « réfléchi » (Kunstlerhaus I & II) tout en devenant au fil de ces 23 minutes plus lyrique (Muche) ou subtilement sonique (Hein). À recommander et deux musiciens à suivre….

dig a ditch and get in Sarah Gail Brand – Morgan Guberman  Regardless 02

Autre tromboniste, autres mœurs. La tromboniste Sarah Gail Brand est ici confrontée à l’expression vocale, phonétique et poétique du californien Morgan Guberman, le contrebassiste de la bande à Gino Robair, John Shiurba, Tom Djll… C’est un peu par hasard que Morgan Guberman s’est mis à chanter (slammer, éructer, vociférer et tout cela à la fois) un soir dans un lieu en Californie. Surréaliste. Un album mémorable est paru chez Emanem (Ballgames & Crazy). Je présente mes excuses à la musicienne autoproductrice pour n’avoir pas remarqué ce deuxième numéro de son label Regardless alors que je m’étais juré de la suivre à la trace. Voici qui est fait ! Issue de la tradition du jazz, tromboniste – chanteuse de l’embouchure, Sarah Gail Brand se révèle aussi lyrique et inspirée que son collègue est excentrique. Il n’y a d’ailleurs que des improvisateurs britanniques pour s’allier avec un artiste aussi particulièrement délirant pour créer un dialogue unique en son genre. Il y a fort à parier qu’un tromboniste allemand ou français n’aurait pas vaincu ses réticences et une forme d’a priori, conséquence d’un profond sérieux en matière de musique. Ce qui peut desservir une démarche musicalement intéressante se révèle parfois dans ce sérieux appliqué, générateur d’une relative morosité … (académique ?). Inspirée par l’invention verbalo-vocalique, les glossolalies et les déguisements ultra-réalistes ou tout-à-fait fantaisistes de l’organe vocal de Morgan Guberman, la tromboniste laisse transparaître son imaginaire, son amour des sonorités, une poésie de l’instant. Le vocaliste – poète (?) signe ici une performance peu commune. On nage dans le trombone tout autant que si on se tapait des heures avec le Gentle Harm of the Bourgeoisie et le Old Moers Almanach du grand Paul Rutherford, le fantôme délirant d’Hannes Bauer ou le pointillisme exploratoire de Gunther Christmann. On n’estimera jamais assez le rôle incontournable des trombonistes de la free music européenne dans le développement de la libre improvisation et, avec son collègue Paul Hubweber, Sarah Gail Brand est, à mon avis, une des trombonistes les plus idiosyncratiques. Cette idée d’associer trombone et voix humaine de la sorte est une des meilleures qu’on puisse avoir pour ne pas s’ennuyer et le culot de ces deux artistes est à la hauteur de leur talent individuel et de la pertinence des combinaisons sonores dans lesquelles ils se risquent, car ce n’était pas donné d’avance. Energie, douceur, folie, écriture automatique, logique, exploration sonore, dialogue, expression, équilibre en péril constant : ces deux artistes ont tout bon.

Duets 71977 Evan Parker & Andrea Centazzo  Ictus 178

Il y a au moins deux décennies qu’Evan Parker est devenu une valeur sûre de l’impro-jazzosphère et de la musique (sérieuse ?) d’aujourd’hui. Il fut un temps où il était l’outsider numéro un, même par rapport à des artistes clés et chefs de file de l’avant-garde comme Lacy, Braxton, Mitchell etc… Et en France, un trouble-fête du free d’obédience afro-américain et du folklore imaginaire, même si Michel Portal ne tarissait pas d’éloges. Apparu à Londres vers 1966, Evan Parker, en s’associant principalement au guitariste Derek Bailey et au percussionniste Paul Lytton,  s’est affirmé comme LE saxophoniste de la libre improvisation radicale en révolutionnant la pratique du saxophone et en révélant au public de l’époque les mystères sonores du saxophone soprano. Quasi disparition de la mélodie conventionnelle, même dodécaphonique ou sérielle, transformation radicale du son et du timbre en introduisant systématiquement le bruit par des effets de vocalisation, des harmoniques produites de manière dirais-je acrobatique, des coups de langue sur l’anche ultra rapide, des doigtés fourchus permettant de produire simultanément plusieurs sons en modifiant la pression des lèvres et de la colonne d’air en une fraction de seconde. En croisant ces techniques et ces sons, il entrait dans un univers inouï qui faisait dire aux commentateurs lucides qu’Ornette et Shepp c’était en fait pas très éloigné du be-bop. Cette démarche singulière était projetée dans l’espace acoustique avec une volatilité extrême et, bien entendu, la respiration circulaire lui permettait d’allonger ses phrases à l’envi. C’est d’ailleurs John Zorn qui a écrit les notes de pochette, tant Evan Parker fut pour ce musicien une influence fondamentale. Écoutez The Classic Guide of Strategy, l’album solo de Zorn de 1985 et comparez avec les Saxophone solos de 1975 de Parker et vous comprendrez. Aujourd’hui, Evan Parker a réactualisé et recontextualisé ses pratiques dans une vision plus lyrique (post- coltranienne ?) avec une musicalité extraordinaire et une technique instrumentale insurpassable. Une  extrême lucidité et une spontanéité naturelle. On devine bien que, chez les amateurs passionnés ou même les sélectionneurs prudents, la pile de cd’s d’Evan Parker peut se révéler imposante. Pourquoi achèterions-nous encore un nouvel album d’Evan Parker, alors que nous en avons à toutes les sauces ? Avec Barry Guy et Paul Lytton, le trio Schlippenbach avec Lovens, son Electro Acoustic Ensemble, Mark Sanders et John Edwards, Moholo, Edwards et Beresford, les pianistes Georg Gräwe, Matt Shipp, Uwe Oberg, Agusti Fernandez, Sylvie Courvoisier et Misha Mengelberg…. Wachsmann et Hauta-Aho… On en a le tournis. Simplement, parce qu’en 1975/76/77, Evan Parker était dans une phase sonore spécifique de son évolution durant laquelle il faisait exploser son saxophone soprano et que cette démarche a eu une influence, ou autrement, a présupposé qu’une autre démarche était possible, poussant la logique inhérente à celle des Coltrane, Dolphy, Ayler, Sanders le plus loin possible créant ainsi un nouvel univers, pour l’éclosion de toute une école de saxophonistes radicaux la plupart extrêmement talentueux. Zorn et Gustafsson bien entendu, mais surtout Michel Doneda, Urs Leimgruber, Larry Stabbins, Daunik Lazro, John Butcher, Stefan Keune, Martin Küchen, Georg Wissel, Jean-Luc Guionnet, Christoph Erb et bien d’autres. Même un artiste aussi foncièrement original et plus âgé comme Lol Coxhill a changé sa propre trajectoire esthétique dans l’orbite de l’attraction parkérienne. Sans doute, c’était dans l’air du temps. Mais peu d’instrumentistes de premier plan se révèlent aussi incontournable et définissent autant cette démarche radicale. À l’époque, peu d’enregistrements révélateurs ayant servi de manifeste furent (auto-) produits, et en outre, sur des labels indépendants disponibles en import (Incus). On peut citer l’album solo de 1975, (Saxophone solos, Aerobatics 1-4), un duo avec Derek Bailey (The London Concert), trois volumes du duo avec Paul Lytton (Collective Calls, Live at Unity Theatre et Ra 1+2), trois albums avec le Schlippenbach Trio ou Quartet, Music Improvisation Company chez ECM, le légendaire Topography of The Lungs et, bien sûr, The Longest Night, un album fortuit et magnifique en duo avec John Stevens, le mentor de ses débuts (1977 et disponible en double album CD chez Ogun, couplé avec un duo de 1993). Plusieurs de ces albums (les Incus, en fait) ont été réédités par son label Psi, mais ils se sont quasi tous vendus jusqu’au dernier. On peut se les procurer en les achetant en seconde main via Discogs avec parfois des prix prohibitifs. Les vinyles originaux sont bien sûr avidement recherchés et pour les plus âgés d’entre nous, il fallait consacrer du temps pour parvenir à les acquérir. Idem, les deux albums Company 1 et 2, en trio, publiés par Incus en 1977. Très vite, dès Monoceros en solo (1978) et le trio avec Guy et Lytton dès 1983 (Tracks, non réédité à ce jour), Evan Parker évolue vers une conception plus universelle de la musique, le rapprochant de Coltrane et même des subtilités d’un Warne Marsh. Donc, si vous voulez découvrir l’Evan Parker bruitiste des années 1970, qui est pour beaucoup actuellement, the Dark Side of the Moon de sa carrière, cet album est hautement recommandé pour que vous puissiez entrer dans ces arcanes révélateurs d’un univers disparu où la sophistication du jeu rencontre à la même intensité l’expressionnisme exacerbé. Une violence inouïe rendue encore plus active avec le contraste ahurissant d’avec les harmoniques ultra aigus si difficiles à produire, surtout à cette vitesse d’exécution. Il y eut Ayler, et puis, Evan Parker. Cela reste toujours aussi inouï et extraordinaire qu’à l’époque, même à quarante années de distance. Physiquement, au soprano, le saxophoniste le plus convaincant dans cette démesure sonore est Michel Doneda et c’est une honte que ce musicien ne soit pas autant sollicité que d’autres collègues qui semblent perpétuellement en tournée. Plus que çà, tu meurs. Donc avec ces duets de 1977, vous oublierez Gustafsson. Même si deux ou trois pièces live de Duets 71977 révèlent un son cassette, on a droit a quelques morceaux enregistrés clairement en studio et, surtout, on trouve dans la personne du percussionniste Andrea Centazzo, un musicien complètement en empathie et qui fait sienne la démarche révolutionnaire du saxophoniste britannique. A l’époque, un des rares musiciens qui fassent jeu égal avec EP. Utilisant des live-electronics pour compléter sa palette, Centazzo, un élève brillant du grand Pierre Favre, est alors un des rares percussionnistes radicaux qui se démarquent totalement de la batterie d’essence jazz « même free » en amortissant par exemple, la résonance des peaux en couvrant celles-ci d’ustensiles : cymbales chinoises, gongs, woodblocks, claves, crotales et jouant dans le registre aigu et modifiant les sonorités conventionnelles, abolissant la frontière entre le son musical et le bruit instrumental à l’instar du saxophoniste. Considérant que cet enregistrement d’époque fait partie d’une phase indispensable de sa propre évolution, Andrea Centazzo a tenu à exhumer ces bandes pour notre édification. Si ce percussionniste a tenu un rôle épisodique dans l’évolution quotidienne de l’improvisation libre durant les années septante, sa contribution fut réellement essentielle, inaugurant en compagnie de Steve Lacy, Derek Bailey, Evan Parker, Carlos Zingaro, Eugene Chadbourne, Toshinori Kondo, etc… de nombreux lieux dans l’Italie profonde et déflorant ainsi un nouveau public avec cette nouvelle musique, alors révolutionnaire. Il fut aussi le premier artiste européen à travailler avec John Zorn et Eugene Chadbourne. En outre, il produisit des albums révélateurs sur son label Incus. Sautez à pieds joints, le Splasc'h vaut largement la peine.

Tie The Stone To The Wheel  Evan Parker & Seymour Wright Fataka 12.

Certains labels de musique improvisée s’enrayent, ralentissent leur production, arrêtent, disparaissent et d’autres naissent et prennent vie. Parmi les nouveaux venus, Fataka nous offrent des choses pointues et audacieuses à l’écart des sentiers battus. Beau témoignage de cette activité ce duo d’anches remarquablement équilibré entre deux improvisateurs aux moyens inégaux mais focalisés sur l’essentiel. Si la très grande majorité des lecteurs de ce blog connaissent Evan Parker pour l’avoir entendu en public ou à travers le disque depuis quelques années ou quelques décennies, beaucoup ignorent tout de Seymour Wright... Je dois dire que moi même je n’arrive plus à retracer le nombre des concerts d'E.P. auxquels j’ai assisté, en Belgique ou à Londres ou parfois même ailleurs. J’ai découvert le saxophoniste alto Seymour Wright, il y a plus d’une dizaine d’années en compagnie d’Eddie Prévost, le percussionniste d’AMM et du pianiste Sebastian Lexer avec qui il a enregistré Blasen, un excellent album en duo. Pas étonnant de retrouver  ces deux saxophonistes face à face vu la proximité des ces deux artistes avec Eddie Prévost. On connaît l’implication de Seymour Wright dans cette discipline austère et rigoureuse au sein de la nébuleuse AMM, étant lui-même un des improvisateurs les plus impliqués (avec Lexer) auprès de Prévost. Ici Seymour souffle « franc jeu » en utilisant les ressources expressives de son sax alto de manière à créer une contrepartie logique, naturelle et charnue au jeu physique et expressif de son collègue, lequel est sans doute un des saxophonistes les plus impressionnants sur cette planète tant par les moyens musicaux que par sa technique absolument extraordinaire. Et j’aime vraiment beaucoup leur dialogue, car Evan joue superbement bien tout en se mettant au diapason  de Seymour au niveau émotionnel et qualité du son. Celui-ci altère et modifie constamment le timbre de son instrument par tous les moyens qu’il lui est possible et c’est avec grand plaisir qu’on goûte à l’infinité des détails sonores tout au long des cinq improvisations enregistrées au Kernel Brewery le 5 octobre 2014 et à The Studio, Derby, une semaine plus tard. Ils mettent en valeur la musique l’un de l’autre de manière vraiment remarquable via une qualité d’écoute mutuelle très exercée. Plus qu’une simple rencontre pour voir ce qui va se passer, il s’agit d’un vrai duo qui fonctionne pleinement entre deux saxophonistes que rien ne sépare, si ce n’est les générations. Et c’est bien la seule chose qu’on n’entend pas ici. Une belle réussite. Les seuls autres albums en duo d’Evan Parker avec d’autres saxophonistes (à ma connaissance) sont Duo London 1993 avec Anthony Braxton, Twines avec Urs Leimgruber, Monkey Puzzle et Live At Roulette avec Ned Rothenberg et j’aime tout autant Tie The Stone que ces derniers. C’est dire la qualité de ce duo. 

3 commentaires:

  1. Autres duos d'EP avec des saxophonistes (Lacy, Coxhill, Koch, McPhee) : CHIRPS, THREE BLOKES, DUETS DITHYRAMBISCH, CHICAGO TENOR DUETS, IF THEY BOTH COULD FLY

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Chirps que j'ai écouté ... il y a longtemps c'est remarquable et Evan joue le jeu du dialogue dans l'esprit Lacyen ... fantastique !! ... Le duo Coxhill Parker auquel votre remarque fait allusion est une pièce en duo d'une vingtaine de minutes dans une album où il y a aussi des duos EP / Lacy et Coxhill Lacy , si je me souviens ... bonne idée je vais réécouter cela.. Lol Coxhill m'a déclaré que c'est un des ses albums dont il est le plus fier.. . Je n'ai pas écouté les duos avec Mc Phee sur Okka faute d'avoir pu l'acheter. Et je n'écris que sur les enregistrements que j'ai écoutés. Il y a tellement longtemps que je n'ai plus écouté Duets Dithyrambisch qui contient le duo E Parker / Klaus Koch , que je préfère ne pas le mentionner ne me souvenant plus de l'impression reçue .... ... Le duo avec Mc Phee ... if they both could fly : je n'ai pas écouté cet album , faute de ne pas l'avoir eu en mains .... et donc, je n'écris pas sur quelque chose que je n'ai pas écouté .... voilà

      Supprimer
  2. EP + McPhee ? (Okka)
    EP + Lacy ? (FMP)
    EP + Koch ? (FMP)

    RépondreSupprimer

Bonne lecture Good read ! don't hesitate to post commentaries and suggestions or interesting news to this......