samedi 30 juin 2018

Jack Wright & Dylan van der Schyff/ Phil Minton & Torsten Müller / Sabu Toyozumi Rick Countryman Simon Tan/ Guillermo Gregorio Nicolas Letman- Burtinovic Todd Capp/ Fred Lonberg-Holm & Simon Camatta

two in the bush Jack Wright Dylan van der Schyff WhirrbooM ! #001


Une Improvisation de 30:24 enregistrée à la China Cloud Gallery le 10 février 2018 à Vancouver et publiée sur le label très prometteur WhirrbooM ! du percussionniste Dylan van der Schyff. Duo percussion saxophones plus que remarquable. Jack Wright explore le saxophone alto et soprano dans les marges de l’instrument avec une réelle originalité. Van der Schyff frappe les peaux, rebords, cymbales et accessoires en mélangeant spontanément une approche éclatée et disruptive de la percussion et son excellente technique poly-rythmique. Pépiements, râles, frictions de la colonne d’air, vocalisations, growls, couinements savants, pincements de l’anche, un lyrisme sauvage et retenu nous fait découvrir  la face cachée du saxophone dans une relation constante avec les inventions incessantes et croisées du frappeur, gratteur, frotteur de peaux. Le batteur s’échappe autant qu’il construit soulignant la pertinence du métabolisme du souffle dans le tube, le bocal et les clés en pagaille. Dylan a une manière très personnelle aisément reconnaissable de faire sonner la percussion. Une démarche aboutie. Les deux acolytes se suivent à la trace sans se mimer. Côté souffle, on songe à l’urgence instantanée de Lacy de certains passages en solo, au travail sur la matière d’un Doneda cernant les sons, à des accointances avec un Georg Wissel ou à Leimgruber flûtant les intervalles… Le tandem sax-percussion est devenu une formule récurrente au fil du temps. Mais Wright et van der Schyff en rafraîchissent la topologie. Tout l’intérêt de ce magnifique duo réside dans ce phénomène : les sons joués / transformés / altérés  retournent à l’état de nature, comme si celle-ci (la leur) échappait à sa destruction quasi inéluctable par l’industrieuse et polluante activité humaine. Un beau manifeste d’irréductibles qu’on réécoute sans parvenir à la satiété. 

Ductus Pneumaticus Phil Minton Torsten Müller WhirrbooM ! #002

Chaque album où intervient le vocaliste Phil Minton en duo avec un as de l’improvisation libre est très souvent un document incontournable. Phil et le contrebassiste Torsten Müller se sont connus durant les nombreuses éditions de Vario, le groupe à géométrie variable animé par le tromboniste et contrebassiste puis violoncelliste Gunter Christmann (années 80 et 90). Depuis lors, Torsten est parti vivre à Vancouver et ne rate aucune occasion lorsqu’un de ses camarades improvisateurs européens est de passage sur la côte Ouest. On croit connaître le répertoire sonore et vocal de Phil Minton après l’avoir écouté des dizaines de fois, que ce soit en disque ou en concert. Mais, à chaque occasion, on est frappé par les nouvelles choses, les timbres, les émotions, multiphoniques et harmoniques dont il renouvelle la texture et la sonorité dans des détails aussi infimes qu’infinis. Ce sont ces détails qui font tout le sel des Hypernyms (24:04) et des Hyponyms (16:17) : sifflements, chouintages, bruits de bouche, croassements, infra vocalisation, laryngophonie, inspiration bruissante, phonèmes éclatés, voilés, harmoniques désespérées, lambeaux syllabiques impossibles, batailles de chats au clair de lune... . Avec Minton, Torsten Müller est un collaborateur parfait, un contrebassiste aussi compétent qu’aventureux, qui fait vibrer naturellement les moindres recoins de sa contrebasse (on songe à Barre Phillips, John Edwards, …). Son jeu d’archet se pare de couleurs moirées, de lueurs indicibles, de frottements vocalisés… Ce faisant, il raconte une histoire, évoque des légendes oubliées ou imaginaires, établissant ainsi une magnifique connivence avec les glossolalies du chanteur. Ces dix dernières années, Sophie Agnel, Daunik Lazro, Gunter Christmann, Joëlle Léandre, Karl-Ludwig Hübsch ont gravé de magnifiques albums en compagnie de Phil Minton. Ductus Pneumaticus est une pièce à conviction supplémentaire mais surtout un document unique qu’on a envie de conserver dans une place spéciale de sa cédéthèque, celle des incontournables de la scène improvisée libre radicale. Un régal. WhirrbooM ! est LE label à suivre en 2018. 

 The Center of Contradiction Sabu Toyozumi Rick Countryman Simon Tan Chap Chap Records CPCD-012

Enregistré le 12 août 2017 aux Philippines et produit par Takeo Suetomi de Chap Chap , un inconditionnel absolu du légendaire batteur nippon Yoshisaburo « Sabu » Toyozumi. Ce véritable maître à jouer apporte son concours à deux activistes du free-jazz de Manille. Le saxophoniste alto US Rick Countryman est basé depuis des lustres aux Philippines après avoir fréquenté le cercle des jazzmen libres de la Californie du Sud, entre autres le saxophoniste Bert Wilson, lui-même un proche de Sonny Simmons. À Manille, Countryman fait équipe avec le contrebassiste Simon Tan et le batteur Christian Bucher et leur album Acceptance a été publié par Improvising Beings, le label de Julien Palomo, lui-même, aussi, un inconditionnel absolu de Sabu Toyozumi. On assiste ici à une véritable bonification des qualités et du potentiel expressif de Tan et Countryman par la grâce de la présence du percussionniste. Comme l’explique Countryman, un musicien rompu aux problèmes du jazz : « Pour moi, Sabu swingue et «ne swingue pas». Son jeu embrasse sans faire de restrictions. Il ne force pas à émuler d’un genre musical précis ou à jouer des lignes ou des techniques prescrites et préétablies. Cependant, si je voulais, je pourrais jouer avec un feeling et des lignes bebop sans arrêt avec ses idées (de batteur). Bien que ce ne serait pas la meilleure approche, ce ne serait pas incompatible. Si le swing est une couleur dans le spectre musical, Sabu apporte la liberté de t’exprimer toi-même avec chacune et toutes les couleurs. Beaucoup de batteurs vous poussent « dehors » ; Sabu vous extrait(littéralement), vous met en valeur. (Autres traductions : déménage, s’ébranle, s’échappe…). Sabu s’assure simplement que vous puissiez vous exprimer vous-même sans aucune restriction ». Et c’est bien ce qui se passe ici. Le jeu elliptique, aventureux, logique, sonore, lyrique, détaillé et d’une grande finesse de Sabu Toyozumi permet à ses deux compagnons d’exprimer le meilleur d’eux-mêmes. Toute son expérience d’improvisateur libre est impliquée à embellir la musique de Simon Tan et de Rick Countryman, à la vivifier. Contrebassiste basique et profond, Tan raconte une belle histoire dans Bystander (17:26) en faisant vibrer les notes de sa mélodie par dessus les friselis et les roulements épars du batteur. Dans le très long Center of Contradiction (36:37), Countryman dévide le ruban de ses chaleureuses improvisations dans un univers proche des Oliver Lake, Julius Hemphill etc… en variant au mieux effets, cadences, intervalles avec une sonorité appréciable.  Sabu Toyozumi joue parfaitement avec une grande sensibilité et un sens de la liberté rare et épuré, un modèle du genre. Il y a une réelle densité humaine, un rapport empathique, une communication véritable : écoute, profondeur de vues, respect, engagement. La musique de jazz est essentiellement collective et cet aspect des choses est ici magnifié. Un très bel album. 

Guillermo Gregorio Nicolas Letman-Burtinovic Todd Capp Futura Spartan Suite Chap-Chap Records CPCD-011

Contre toute attente, Takeo Suetomi de Chap Chap Records, un label documentant des improvisateurs japonais de la première génération (Sabu Toyozumi, Motoharu Yoshizawa) et dont les projets ont été publiés par No Business, propose l’excellent clarinettiste argentin de Chicago Guillermo Gregorio en compagnie du contrebassiste Nicolas Letman- Burtinovic et avec la contribution du percussionniste Todd Capp dans 9 morceaux (courts) sur quatorze. Miniatures délicates et intenses entre musique contemporaine et jazz improvisé, où se détache le jeu lunaire, suave et détaché, mais plein de nuances subtiles de Gregorio, l’archet louvoyeur et les pizz classieux de Letman-Burtinovic. Une paire qui fonctionne à merveille quelque soit l’orientation du matériau musical proposé.  Le lyrisme désenchanté de notre compositeur argentin a la particularité de se distinguer de nombre de ses collègues clarinettistes : introversion, retenue, bannissement de la virtuosité de façade, subtilités évoquant secrètement la micro-tonalité, chambrisme, évocation distanciée du giuffrisme, capacité à jongler avec les harmoniques, aisance avec les multiphoniques. Ses deux camarades offrent un excellente collaboration à son univers, Letman Burtinovic signant ou cosignant avec Gregorio la moitié des titres - structures pour l’improvisation, voire même l’exploration sonore. Son apport à la contrebasse a une réelle identité et une densité / intensité qui balancent parfaitement les inventions de notre énigmatique souffleur argentin. Bien plus qu’un document visant à situer le groupe pour une éventuelle tournée, Futura Spartan Suite (la suite des 6 premiers morceaux signés GG - ?? - et dont le dernier est intitulé Futura Spartan), est un album manifeste d’une esthétique free de haute qualité, distinctive et originale où tout ce qui est joué a un sens, une fonction, et provient d’idées profondes et mûries. Chap Chap Records a produit aussi un superbe album de Leo Smith (Golden Hearts Remembrance), un duo merveilleux  de Misha Mengelberg et Sabu Toyozumi,  l’hyper sensible saxophoniste coréen Kang Tae Hwan en solo et duo (avec N Rothenberg et Otomo Y), la rencontre des contrebassistes Barre Phillips et Motoharu Yoshizawa et rien moins que les duos / albums conjoints d’Han Bennink & Sabu Toyozumi et d’Evan Parker et Motoharu Yoshizawa. C’est à cette aune qu’il faut mesurer la dernière mouture des pérégrinations musicales de Guillermo Gregorio et ses deux comparses. 

Fred Lonberg-Holm Simon Camatta crazy notions Umland Records 17

Duo violoncelle et batterie. Fred Lonberg-Holm est un violoncelliste chicagoan qui a roulé sa bosse avec une quantité appréciable d’improvisateurs et jazzmen de grand talent : Michael Zerang, Ken Vandermark, Joe McPhee, Hamid Drake, Frode Gjerstad, Peter Brötzmann etc… Il fut une époque où en tandem avec son camarade Michael Zerang, un percussionniste peu commun, Fred Lonberg-Holm avait gravé une belle série d’albums en trio avec des artistes incontournables : John Butcher (Tincture/ Musica Genera), Axel Dörner (Claque / Meniscus), Jaap Blonk (First Meetings/BuzzRecords), Sten Sandell (Disappeared/ Nuscope). En solo, il sculpte littéralement les textures, les timbres et la vocalité du violoncelle d’une manière vraiment originale, sans devoir se soucier des passages obligés au sein d’un trio avec souffleur, piano ou chanteur et batterie. C’est tout l’intérêt de ce duo avec ce (plus très) jeune et inventif percussionniste allemand, Simon Camatta dont les qualités allient amour du détail, capacités polyrythmiques, approche sonique et sens de la répartie. Un dialogue se crée entre les cheminements particuliers des deux improvisateurs, chacun étant attaché à une démarche personnelle, à une vision instrumentale individuelle. Quelques improvisations se font intimistes, volatiles, épurées après avoir essayé le grand jeu…  Simon Camatta fait partie de cette communauté d’improvisateurs allemands avec un solide niveau musical qui aiment approfondir la recherche de sons et d’interactions jusqu’à la radicalité sans perdre le fil de la musique qui se crée. Il n’hésite pas à faire crisser ces cymbales de la pointe d’une baguette ou avec un archet pour ajouter des couleurs insaisissables autour des frottements intenses de son partenaire. Au fil des six morceaux enregistrés, on entend le champ sonore et les timbres, actions et trouvailles s’étendre, se développer, se différencier sans aucune dilution de l’inspiration. Le batteur devient petit à petit tout-à-fait « non idiomatique », comme on dit… Comme l’indique le titre Crazy Notions, et si on écoute l’album de bout en bout, vers la fin, on frise un peu la folie. C’est donc un excellent échange. Et comme des duos violoncelle-percussions ne traînent pas les rues, Crazy Notions est une belle pièce à conviction. Un bon point pour Umland

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bonne lecture Good read ! don't hesitate to post commentaries and suggestions or interesting news to this......