samedi 4 août 2018

Lotte Anker Zlatko Kaucic / Sabu Toyozumi Rick Countryman Simon Tan / Sakoto Fuji Joe Fonda Gianni Mimmo/ Roz Harding Mike Outram Jim Bashford/ Christian Rollet

Lotte Anker Plodi with Zlatko Kaucic Artur Majewski Rafal Mazur Klopotek IZK CD 069

Encore un beau disque produit par Iztok Zupan, l’excellent preneur de sons, sur Klopotek, son exemplaire label. Il nous avait récemment gâté avec le duo  deJoe McPhee & Daunik Lazro, des albums solos de Sabir Mateen, Keith Tippett et Elisabeth Harnik. En retraçant les sorties précédentes du label, j’ai mis la main sur Plodi de la saxophoniste Lotte Anker, un album enregistré en septembre 2016 à Smartno en Slovénie lors du festival BRDA Contemporary Music Festival Improvizirane Glasbe 2016. En solo à l’église St Martin (Odmevi 1 Odmevi 2 Odmevi 3), en duo avec le percussionniste Zltako Kaučič (Plod 1, Plod 2, Plod 3, Plod 4) et en quartet avec Zlatko Kaučič, le trompettiste Artur Majewski et le guitariste basse Rafal Mazur (Trobljač) à la Maison de la Culture. Jeu sensible, travail du son strié, fragile, intime, glissements ouatés, flocons d’air qui se hissent sans efforts dans l’espace, frictions de la colonne d’air et boucles lyriques et retenues qui étendent la phrase, le contenu mélodique de manière autant logique que poétique. Plod 1,2,3 et 4, les pièces en duo, nous donnent à entendre le travail intéressant, subtil et audacieux  du percussionniste Zlatko Kaucic au niveau des sons métalliques qui sortent de l’ordinaire. Le quartet qui clôture l’album est une affaire d’énergie dans le droit fil du free free-jazz. L’écoute des pièces en solo et en duo m’a fait découvrir, une improvisatrice sensible et généreuse à la fois réfléchie et instinctive. Depuis plus d’une dizaine d’années on constate l’affirmation et la confirmation d’une nouvelle vague de femmes saxophonistes dans la free-music et, parmi elles, Lotte Anker est vraiment un nom à suivre. 

Jya–Ne Sabu Toyozumi Rick Countryman Simon Tan Stella Ignacio Isla Antinero. Sans label. 

Inscrit sur la pochette : Manilla Free Jazz ! Enregistré les 11 & 12 août 2017 in a live format in the Philippines by Alan Cornista
Saxophoniste « free jazz » U.S. installé aux Philippines, Rick Countryman a rassemblé un aéropage d’improvisateurs inspirés autour du légendaire percussionniste japonais Sabu Toyozumi. Quatre enregistrements formant une sorte de suite mettent en valeur les qualités d’écoute et de  créativité des musiciens, avec Countryman et Toyozumi en guise de fil conducteur/ catalyseur de l’initiative. Mosquito Exceptionest un beau face à face entre le souffle libre du sax alto de Rick Countryman et la batterie attentive de  Sabu Toyozumi (5’). Soul passage voit Sabu Toyozumi improviser avec son er-hu, une vièle chinoise à trois cordes dont il se sert de manière à la fois empirique et lyrique en des glissandi soyeux avec la contrebasse de Simon Tan et le sax de Countryman. Celui-ci cherche à improviser hors de son style exalté habituel (post Dolphy – Jimmy Lyons). Jya-Nerassemble les cinq musiciens dans une longue improvisation collective d’une trentaine de minutes. Simon Tan y joue de la basse électrique, Isla Antinero du trombone et Stella Ignacio vocalise. Ce qui est remarquable c’est que dans un archipel comme les Philippines où la free music et l’improvisation collective ne sont pas ancrées dans des communautés d’auditeurs et musiciens très expérimentés, on aurait pu s’attendre à des jams banales. Or Jya-Ne témoigne d’une véritable qualité d’écoute et d’interaction unissant les cinq participants. Le tromboniste et la chanteuse ne sont pas des artistes improvisateurs « de premier rang », mais ils s’intègrent parfaitement dans l’entreprise. Plusieurs séquences s’enchaînent et évoluent de manière à diversifier le son d’ensemble et de permettre à chacun de se faire entendre dans le groupe, en trio ou en solo (non accompagné : le bassiste et le tromboniste). Deuxième plat consistant :My Last Position(24’42’’) conclut l’album avec le trio « classique » sax - basse - batterie que j’ai chroniqué le mois dernier : Sabu Toyozumi - Rick Countryman - Simon TanThe Center of Contradiction Chap Chap Records CPCD-012, poussant encore plus loin l’état d’ébullition de leurs incartades. Sabu Toyozumi a une conception élastique du temps et des mesures et une capacité à alterner jeu du bout des baguettes, multiplication polyrythmiques des frappes et des roulements, accélérations soudaines, bourrasques et frémissements. Cette furia allume chez le souffleur une escalade déchirante dans les aigus, une articulation éclatée et des intensités fulgurantes. Imperturbable, le contrebassiste relie les deux allumés au plancher des vaches et livre un solo paisible secondé par les balais discrets et sensibles de Sabu.Vient ensuite une remarquable intervention du batteur dont les éléments rythmiques  incitent sur une belle reprise lyrique et inspirée du trio où les trois se lâchent complètement dans une veine différente qui renouvelle l’architecture de leurs échanges dans une atmosphère de détachement et d’élan proche du nirvana. Jya-Netémoigne à la fois de la vivacité du free-jazz dans ce pays lointain, de la sensibilité collective et expressive de ses afficionados locaux et de leur réelle capacité à collaborer efficacement avec un percussionniste de la trempe de Sabu Toyozumi

Triad Fuji - Fonda - Mimmo Long Song Records 2018


La pianiste Sakoto Fuji, le contrebassiste et flûtiste Joe Fondaet le saxophoniste soprano Gianni Mimmo. Un réel triologue ou trialogue, à la fois intense, épuré, complexe, physique et sensuel. La contrebasse de Joe Fonda allie une saveur boisée et puissance mélodique au service entier de la musique du trio. La remarquable pianiste, Sakoto Fuji, que j’ai souvent trouvée trop sage à mon goût, maîtrise le clavier et investit l’espace sonore avec son toucher lyrique et transparent et une belle énergie. C’est l’occasion pour le saxophoniste Gianni Mimmo de s’envoler et de s’éclater en usant de sa capacité sensible à parcourir un réseau labyrinthique d’intervalles et d’harmonies dignes de ses meilleurs collègues. Il lui avait été reproché (esprits chagrins ou esthètes impitoyables) de resservir les formules de Steve Lacy. À l’écoute, la référence au maître est seulement évoquée, car Gianni Mimmo est son propre inventeur. Jouer à ce niveau avec ce phrasé et cette marque sonore personnelle n’est pas à la portée du premier venu, même dépositaire d’un diplôme prestigieux. On l’entend aussi tâter avec succès dans le registre bruissant du soprano, un instrument difficile, faut-il le répéter. Il y a là l’expression d’un parcours qui ne s’invente pas : le travail de toute une vie. Et c’est bien ce qui tranche à l’écoute de Triad : ces trois improvisateurs sont ici toute ouïe et  partagent l’expression musicale collective de la vie tout court sans faux fuyants en dehors des clichés et des clins d’yeux factices. Création 100% instantanée. Sakoto Fuji a trouvé ici une des meilleures formations avec la quelle elle a travaillé jusqu’à présent : lumineuse, organique, équilibrée qui nous transporte dans un univers onirique. La participation entière de Joe Fonda, un grand original,  apporte un supplément de vécu avec ses doigtés qui n’appartiennent qu’à lui et ce son de pizzicato charnu si particulier. Un bel ouvrage ! Comme souvent chez Long Song, label italien pointu, une tranche de vie qui instille l’amour de l’improvisation.

Super Mood Roz Harding Mike Outram Jim Bashford Leo Records LR761

Jeune trio sax alto (Roz Harding), guitare électrique avec effets (Mike Outram) et batterie (Jim Bashford entendu avec Paul Dunmall dans le Realisation Trio). Ces excellents musiciens proposent une musique jazz libre associant thèmes mélodiques, sonorités électriques de la guitare travaillées avec de multiples effets et un sens mélodique certain, saxophone fluide, incisif ou nostalgique, drumming efficace , subtil et équilibré. On se rapproche de ce qu’il est convenu d’appeler le prog-rock, en gardant présente une dimension sonique intéressante parfois à la limite du noise. Les compositions, signées Roz Harding, font appel à une solide variété du matériau qu’il soit rythmique, sonore, émotionnel, avec un sens du swing contemporain marqué par l’expérience d’un rock ouvert et chercheur et des formules chantantes (comptines, . Sa musique requiert l’engagement de ses deux partenaires qui font preuve d’un réel savoir faire musical et créatif dans le cadre conceptuel du projet. Elle suggère souvent les paroles de chansons invisibles. Rien de tel pour changer la routine du jazz formaté du réseau des clubs et festival. 

Christian Rollet Calamity Roll in the Dark  ARFI Circuit Court

Paru sous le label ARFI (association à la recherche d’un folklore imaginaire – tout un programme) avec la certification Circuit CourtCalamity Roll in the Dark, l’album solo du percussionniste Christian Rollet incarne intégralement l’artisanat acoustique inventif et sensible face à l’industrialisation de la musique matraquée par les médias aux ordres (lounge, hip-hop, DJ’s, play-list, enzovoort). Circuit court du producteur au consommateur : on entend uniquement ce qui a été enregistré dans l’instant sur peaux, bois et cymbales. Tout au plus quelques édits (coupures-élagages discrets) et réordonné en neuf plages qui déclinent et illustres des figures rythmiques originales, historiettes et fables sonores pour oreilles curieuses. Si Christian Rollet, batteur révélé il y a plus de quarante ans dans le sillage du Workshop de Lyon, un groupe séminal (avec Louis Sclavis), n’est pas l’instrumentiste le  plus… époustouflant de sa génération qui a compté des OVNI’s comme Andrew Cyrille, Barry Altschul, Milford Graves, Paul Lytton ou Paul Lovens, il a acquis un métier merveilleux, une faculté à exprimer l’essence musicale inhérente à ses instruments. Celle qu’on retrouve dans des démarches aussi diversifiées que celles de Jo Jones, Philly Joe, Ionisation de Varèse, les percussions de Strasbourg ou le shuffle d’un Levon Helm. Il se dégage de cet opus percussif une réelle poésie, un jeu de clair obscur, une volonté de raconter une histoire, d’installer des paysages. Profondément attachant. Lorsque Christian Rollet sera en tournée dans une région déterminée, il faudra mettre la puce à l’oreille d’une asso imaginative pour une soirée au coin du feu à la découverte de la géographie intime de la batterie… 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bonne lecture Good read ! don't hesitate to post commentaries and suggestions or interesting news to this......